Voyager en automobile - Conduire un 4X4, la securite en voiture, plaques minerealogiques du Monde, pays ou l'on roule gauche
a.gif (3102 octets) c.gif (7291 octets) b.gif (5290 octets) e.gif (5106 octets)
g.gif (4957 octets) h.gif (6230 octets) i.gif (5524 octets)
Accueil Fonds d'écran Images du Monde Nos partenaires Webcams Notre annuaire Nouveautés
Presse du Monde Forum Carnets de route E-Cards Nous contacter Campings de France Guides de voyage
Recherche personnalisée

Annuaire Muskadia

Nos dossiers
Bien voyager   triangle1.gif (76 octets)
Au féminin ::
Avec un handicap ::
Avec un enfant ::
Avec un animal ::
Les voyagistes ::
Le Monde   triangle1.gif (76 octets)
Nos guides de voyage ::
Pays par pays statistiques ::
Ambassades, consulats & visas ::
Offices du tourisme ::
Drapeaux & cartes ::
Météo ::
Transports   triangle1.gif (76 octets)
Avions ::
Mer & rivières ::
Chemins de fer ::
Automobiles ::
Métros du Monde ::
Pratique   triangle1.gif (76 octets)
Santé et hygiène ::
Votre argent en voyage ::
Vos droits ::
Vos papiers ::
Notre boîte à outils ::
Hébergement   triangle1.gif (76 octets)
Hôtels ::
Campings ::
Autres ::
Art & culture   triangle1.gif (76 octets)
Musées & galeries ::
Patrimoine de l'humanité ::
Fêtes et festival ::
Communiquer   triangle1.gif (76 octets)
Téléphoner ::
Services postaux ::
Cybercafés ::
Traductions ::
Photographie   triangle1.gif (76 octets)
Bien photographier ::
Images du Monde ::
line3.gif (62 octets)
demi_rond_gauche.gif (137 octets) PISTE & HORS PISTE > LA TÔLE ONDULÉE demi_rond_droit.gif (138 octets)

| SommaireAchat & aménagement | Conduite | Conduite dans le sable et la boue | Les montées | Les descentes | La tôle ondulée | Les ornières | Les dévers | Les gués | Pneumatiques | Vérifications |

La tôle ondulée
>
Il s'agit de vaguelettes de sable dur séparées par des creux pouvant aller jusque 30 cm de profondeur, et un mètre de large. Elles seraient provoquées par les battements des suspensions des véhicules qui a force de taper et retaper le sable, l'endurcissent. C'est à sa forme ondulée qu'il doit son nom, car il rappelle bien, justement ces espèces de tôles ondulées qui servent entre autres, de toit à certains hangars ou habitations.
> Elles se développent en fonction du trafic, notamment celui des poids lourds. Plus il y a de passage, plus il y aura de tôle ondulée.
> Dans le désert, c'est une plaie appréhendée par les plus expérimentés des chauffeurs. Tonneaux, sorties de piste, bris de lame de suspension, écrous de roues desserrés, galeries jouant la fille de l'air, etc. On a même vu des roues qui sous l'effet des vibrations se détachaient du véhicule, laissant un chauffeur abasourdi se demandant par quel miracle sa roue se trouvait à 50 mètres devant lui.

Franchissement
> Pour passer une zone de tôle ondulée il y a plusieurs solutions. La première, qui est la plus évidente, est de voir s'il n'y a pas d'autre chemin. Quitte, en respectant bien sur les règles de sécurité, à quitter la piste.
> Si vous n'avez pas la possibilité de l'éviter il vous faut donc la franchir. Le problème c'est qu'à une vitesse normale de 40 ou 50 km/h, les vibrations sont telles que vous pourrez difficilement les supporter. Mal de dos, colonne vertébrale "Parkinsoné", mâchoire tremblotante, estomac retourné, voilà entre autres ce qui vous guette vous et vos passagers. Quant à la voiture, elle aussi supportera mal ce passage, il faudra donc vous attendre à perdre voire casser quelques uns de ses éléments.
> En fait pour passer la "tôle ondulée", vous n'avez que deux vitesses. La première c'est très lentement, au pas, vous passez les vaguelettes les unes après les autres. Mais il vous faudra plusieurs heures et énormément de patience pour franchir le moindre passage.
> La seconde est à environ 80 km/h. A cette vitesse, vous survolez les vaguelettes, vous roulez sur leur crêtes. Pas question donc de parler de tenue de route et d'adhérence, elle est quasiment nulle et totalement aléatoire. Le moindre coup de frein, le moindre coup de volant brutal, et c'est le retournement assuré. Ralentir devient un problème, et les virages doivent être négociés avec soin.
> Pour atteindre la vitesse fatidique de 80 km/h, le démarrage est éprouvant. Les secousses sont telles, que la voiture comme les passagers semble atteints de la maladie de Parkinson. Puis peu à peu, plus vous approcherez des 70/80 km/h, plus les vibrations diminueront jusqu'à devenir supportables.

Muskadia, votre portail voyages
 

 
 
 
 
Retour haut de page

Retour haut de page

 

Copyright 2001-2013 www.muskadia.org ou www.muskadia.net